megadrive-le-roi-lion

Le Roi lion : retour sur le jeu de Megadrive

Le Roi lion est un jeu vidéo édité et développé par Avalon Interactive et West Wood Studio sorti en 1994.

Présentation

C’est une adaptation sur Megadrive du dessin animé de Disney le roi lion, dans le jeu, vous incarnez Simba et parcourez la savane.

le-roi-lion-megadrive-culte

Le jeu

A l’époque, le jeu est sorti sur SuperNes et Megadrive. Le roi lion est un jeu de plateforme tout ce qu’il y a de plus classique, la difficulté est croissante et relativement bien dosée. La progression des niveaux suit le dessin animé, il lui est relativement fidèle. Simba commence par explorer les plaines de Prideland puis devenu adulte, il doit renverser le terrible Scar. L’évolution du personnage n’est pas anodine, les capacités de Simba changent selon son âge. Les dix niveaux sont entrecoupés de cinématique retraçant l’histoire de Disney. Simba commence donc au Prideland, un genre de montagne, un niveau pas bien difficile pour reprendre doucement les commandes. On peut y affronter des lézards en sautant dessus puis des ennemis plus coriaces comme des hérissons qu’il faudra intimider avec le miaulement de Simba mais aussi des scarabées d’al quaida qui explosent quand on les écrase. Les insectes permettent aussi de récupérer de la vie lorsqu’ils sont jaunes, les insectes rouges augmentant la barre de vie, et les bleus débloquant un niveau bonus. A la fin du level, on affronte une hyène qu’il faut écraser quand elle est essoufflée. Au niveau 2,  il y a plus d’ennemis à affronter, sa difficulté se joue plus dans la maîtrise des sauts et des plateformes. Ces thèmes sont bien en accord quand même. Ce qui fait la réputation de ce niveau, ce sont ces drôles de singes. Il y a trois modes de difficulté dans le jeu. C’est dans le troisième niveau que la difficulté se corse, dès le début du niveau, on se bat contre deux hyènes, et il y en a pas mal dans le level, mais heureusement elles ne sont pas très malines. Il y a aussi des vautours qu’il faut tuer parce qu’il vous dérange jusqu’à la fin du niveau. Arriver à la fin du niveau, on a un précipice avec une sauce volcanique qui monte et qu’il faut éviter. Le niveau 4 est un scrolling forcé où Simba doit se déplacer verticalement pour éviter les gnous. Le niveau 5 est un niveau ressemblant beaucoup au premier mais en beaucoup plus sombre. Ce qui est exaspérant c’est ces cailloux qui vous tombent du ciel et celui qui vous suit par derrière. Le niveau 6 est sans souci en effet comme son l’indique, car le niveau 6 se nomme hakuna matata. Au niveau 7, simba est enfin un adulte, il peut donner des baffes, il est plus fort. Pour ce qui est des derniers niveaux, ce sont respectivement un niveau de volcan, un niveau de labyrinthe, et le boss final comme vous vous en doutez, c’est Scar.

On peut dire que ce jeu fait du bien aux yeux et aux oreilles, tout comme une bonne vieille course comme ici : tout est fait pour que jouer au jeu soit un plaisir.